L'ex-Yougoslavie

Monténégro

En traversant l'Albanie (il n'y avait plus de sites classés), j'ai croisé un albanais qui parlait étonnamment bien français, qui s'y connaissait bien également en politique française, alors on a discuté très longuement, notamment de la crise en Europe. Cela faisait longtemps que je n'avais pas parlé autant en français !

Afin de maximiser mes chances de passer la frontière, je me suis recréé une carte verte avec mon imprimante photo et le scan des 2 faces de l'attestation 2012 envoyé par mon père. Le résultat est un peu plus petit que l'attestation originale, le vert est un peu plus pâle, mais cela peut faire illusion je pense.

Et finalement, je suis entré au Monténégro sans problèmes : bien qu'ils m'aient demandé ma carte verte, je n'ai en fait pas eu besoin de la présenter car quand j'ai commencé à la sortir de mon portefeuille, le douanier m'a dit, "OK, c'est bon", et j'ai pu passer.

J'ai commencé le Monténégro par une petite randonnée, un sommet m'ayant fait un clin d’œil en passant. Il y avait un peu de neige, surtout versant nord, mais elle était bien dure sans être trop glissante, donc cela passait bien.

Je suis alors revenu à la frontière avec l'Albanie, car j'avais oublié de dépenser mes quelques pièces restantes. Les douaniers ont un peu tiqué (je n'avais que l'équivalent de 4 ou 5 euros), mais quand ils m'ont vu revenir avec mes 2 sacs de provisions (l'équivalent sûrement de 15 euros dans nos pays civilisés, car l'Albanie n'est vraiment pas chère), je crois qu'ils ont compris ma démarche.

Le lendemain matin, un ranger est venu se garer prêt de moi pendant que je prenais mon petit déjeuner dans un coin tranquille. Il ne parlait ni anglais ni français, alors il m'a tendu un téléphone, avec au bout une femme qui parlait très bien français et qui me demande de donner mon fusil au ranger car la chasse est interdite où je suis ! Je lui explique que je n'en ai pas, que je me suis juste arrêté pour dormir et que je vais à Kotor. Mon ranger, après avoir repris le téléphone, remonte dans sa voiture en me disant au revoir et repart sans autre forme de procès.

J'ai visité hier Kotor, magnifique citadelle un peu comme à Entrevaux, mais en moins bon état. Puis j'ai commencé à prendre plein nord vers un parc national (un douanier m'ayant dit qu'il n'y avait plus de problème avec la neige).

Aujourd'hui, j'ai traversé une région splendide (qui porte bien son surnom de fjord des Balkans), et même si les routes étaient dégagées, il y avait une quantité de neige impressionnante dans les champs et sur les côtés de la route (des murs qui dépassaient ma voiture) : je comprends mieux qu'ils aient eu besoin d'hélicoptères pour désenclaver certains villages. Sachant en plus que la neige date maintenant de presque 3 semaines, difficile d'imaginer comment c'était alors.