Europe centrale

Allemagne : de Hildesheim à Potsdam

Hier, j'ai mis à jour les articles sur mon véhicule et l'équipement (colonne de gauche pour la version PC et tablettes, icône en haut pour la version mobile), ainsi que le diaporama sur mon véhicule (ajout d'une photo. Le diaporama n'est pas accessible en version mobile).

Dans la nouvelle précédente, j'ai oublié de parler d'un petit soucis mécanique qui m'est arrivé entre Weimar et la Wartburg. Mon déflecteur d'air, composé de 9 équerres dont 6 d'épaisseur moindre que j'ai pu plier pour donner l'angle idéal par rapport à ma malle et 3 de forte épaisseur que je n'ai pas touchées, a cassé... au niveau d'une des équerres les plus solides. Un peu étonnant : soit il s'agissait d'une équerre défectueuse, soit les sollicitations sont importantes à ce niveau-là ce qui m'étonne un peu. Les 8 autres ont résisté donc à part du bruit lié à des vibrations au niveau de l'équerre qui a lâché, rien de grave. J'ai cherché (et trouvé) une équerre encore plus grosse avec des écartements entre tous les trous identiques ce qui m'a permis de la fixer sans avoir besoin d'une perceuse. Par contre, elle était un peu trop longue d'un côté donc j'ai dû scier 2 cm d'une des branches.

Je reprends maintenant le fil de mon périple : après Hildesheim, je suis descendu sur Goslar, classée car ville historique mais aussi à cause d'une mine de métaux (argent, cuivre, plomb...) et d'un ensemble hydraulique étonnant situé à proximité.

Goslar
Cliquez ici pour charger les 14 images
(La ville historique de Goslar)
La ville est tout simplement superbe. Dans la précédente nouvelle, j'avais indiqué que j'avais vu quelques maisons avec des murs recouverts de tuiles en ardoise. Et bien ici, c'est presque les trois quarts des maisons qui sont ainsi. Ajouter sur certaines des motifs divers et variés (beaucoup de pétales de fleurs colorées dans des cercles), des colombages, des tourelles, des personnages sculptés, des toits soit en ardoise, soit en tuiles rouges classiques, donnant une alternance de rouge et gris, une église avec 2 cloches accrochées à la toiture, des orgues, chaires, retables, clochers splendides dans les 4 églises visitées, un château à la façade des plus intéressantes (mais je n'ai pas visité), sans oublier des automates sur le toit d'un hôtel (que je n'ai pas vus car ils n'apparaissent pas toutes les heures, mais je le signale pour le côté original) et vous aurez une petite idée de la beauté de cette ville : pour moi (jusqu'à présent de ce que j'ai vu) la plus belle d'Allemagne.

Je n'ai pas visité la mine car j'en ai déjà vues plusieurs et les prix étaient ici très chers : 4 visites guidées différentes sont organisées pour un total de plus de 100 euros ! Et quand je suis arrivé, deux des tours venaient de partir et il n'y avait plus rien avant une heure d'attente.

Je suis donc allé voir le système hydraulique : assez étonnant dans le fait que, au sud de Goslar où de nombreuses mines étaient en activité, les mineurs ont construit au cours des siècles (8 précisément) des digues, canaux et tunnels formant de très nombreux lacs artificiels reliés entre eux. Ces barrages servaient à alimenter des roues hydrauliques qui leur apportaient l'énergie nécessaire au système minier. Il ne reste plus de roues (enfin, je n'en ai pas vu dans mes quelques balades effectuées), mais l'endroit est plutôt sympa (qui attire de nombreux estivants, la baignade étant autorisée dans certains lacs).

Quedlingburg
Cliquez ici pour charger les 6 images
(Vieille ville, château et collégiale de Quedlingburg)
Direction ensuite (je repasse en ex-RDA) Quedlingburg, classée pour sa vieille ville (très belle, principalement des maisons à colombage), son château (intérieur sans originalité) mais surtout dans l'enceinte du château une collégiale de type romane de belle facture avec une crypte contenant peintures et pierres tombales sculptées et un trésor avec des pièces très intéressantes (entre autres : coffrets sculptés avec pierres précieuses et ivoire, livres liturgiques à la couverture en métal précieux sculpté, tapis, peigne royal en ivoire incrusté de pierres précieuses).

Je passe alors au bien classé concernant Martin Luther représenté par 2 villes, celle où il est né et mort (mais il n'y a pas vécu puisque ses parents sont partis quand il avait quelques mois et il était juste de passage quand il y est mort) et la ville où il a passé la plus grande partie de sa vie. La première, Eisleben, contient 2 musées, l'un dans sa maison de naissance et l'autre dans la maison où il s'éteignit. En fait, les 2 maisons ne sont pas d'origine, des incendies de quartiers les ayant en grande partie voire totalement détruites. Le premier musée est consacré à ses origines et à sa vision sur le baptême. Le second était fermé pour cause de restauration. Dans l'ensemble pas très intéressant, je n'aurai rien perdu si je n'étais pas venu.

La température est insupportable : on parle de canicule en France mais en Allemagne c'est pareil, avec un 41°C atteint entre Eisleben et ma destination suivante. Même fenêtres ouvertes, l'air est trop chaud pour que cela améliore les choses.

Avant de rejoindre la seconde ville dédiée à Luther, je m'arrête à Dessau, ville classée pour 2 raisons : tout d'abord, avec Weimar, elle a été le siège de l'école d'architecture Bauhaus au début du XXème siècle. Ensuite, elle regroupe plusieurs jardins du XVIIIème siècle.

Concernant le Bauhaus, j'ai pu visiter 3 maisons de maîtres qui servaient d'atelier à différents artistes. Cela a confirmé mon impression de Weimar : je n'aime pas (le Bauhaus se caractérise principalement par l'utilisation de verre sur les façades, très peu sont des maisons d'habitation, j'imagine à cause de l'effet serre que cela induit. Les intérieurs sont très mal conçus, avec des portes trop basses, très étroites, voire qui se chevauchent, rendant impossible d'en ouvrir une si l'autre n'est pas fermée, et des murs aux peintures très variées parfois presque criardes. Pour l'anecdote, un des artistes qui devait avoir également sa chambre dans une des maisons de maîtres s'étonna des couleurs de ladite chambre auprès de l'architecte. Celui-ci expliqua son choix et ne voulu rien changer. En conséquence, l'artiste se débrouilla pour aller dormir ailleurs !).

Worlitz
Cliquez ici pour charger les 7 images
(Château et maison gothique à Wörlitz)
Concernant les jardins (le site internet de l'Unesco n'indique pas ce qui est classé mais l'office de tourisme en énumère 7, dans la ville même ou des villes à proximité, dont un que je n'ai pas vu), un est sans aucun intérêt, 3 autres sont assez pauvres mais les 2 derniers valaient le détour. Le jardin d'Oranienbaum contient notamment un ensemble chinois avec des îles miniatures, des petits ponts, une belle pagode et une maison du thé (en partie en restauration). Le jardin de Wörlitz est de loin le plus beau, avec un château (façade principale en travaux) contenant de très belles pièces et un mobilier très riche, une maison gothique très originale (de très nombreuses œuvres, notamment des peintures mais surtout des vitraux ramenés, j'ose pas dire dérobés, par le souverain local de différentes villes d'Europe), une grande étendue lacustre que l'on peut parcourir en barque avec à certains endroits des nénuphars en fleurs, des îles avec labyrinthes paysagers et un mont Vésuve reconstitué en pierres que je n'ai pas visité vue l'heure tardive.

J'arrive alors à Wittemberg (nom français mais en allemand, depuis 1938 il faut dire "Wittemberg ville de Luther"). La ville est classée pour 4 bâtiments, un monastère devenue ensuite maison privée de Martin Luther, une autre maison appartenant à son disciple Mélanchthon et 2 églises. L'ancien monastère qui a été également fortement remanié depuis la mort de Luther (en fait, il ne reste quasiment plus rien d'origine) contient un musée des plus intéressants sur la vie et l'œuvre de ce réformateur à l'origine du protestantisme : j'y resterai près de 5 heures et je n'ai pas tout vu (j'ai survolé l'histoire du protestantisme depuis la mort de Luther, présentée sur un demi étage). La maison de Mélanchthon était en rénovation et donc fermée. L'église de la ville est renommée car lieu où il a réalisé plus de 2 000 prêches. Artistiquement parlant, peu d'intérêts cependant. Enfin, l'église du château contient la tombe de Luther. Là aussi, pas des plus palpitants à part peut-être la porte (pas d'origine) où sont gravées les fameuses 95 thèses (95 arguments expliquant la pénitence de Jésus-Christ, contraire selon lui au système catholique des indulgences, ces dons à l'église sensée absoudre de tout pêché mais qui servait surtout à enrichir certains représentants catholiques et a permis de financer la construction de la basilique St-Pierre à Rome). Bref, une journée bien remplie et très instructive.

Je suis alors remonté plein nord. Cela fait 3 jours que je suis à Potsdam près de Berlin, classée pour ses très nombreux châteaux. J'ai eu pas mal de pluie (orages et averses, avec en conséquence une baisse très importante des températures) d'où cette pause.

Après Potsdam et Berlin, je continuerai jusqu'au nord de l'Allemagne (un bien classé) avant de redescendre pour voir les 3 derniers biens classés en Pologne. Pour l'Allemagne il me restera 4 biens classés mais ils sont situés complètement au sud donc je m'en occuperai plus tard, j'ai encore d'autres choses à faire avant. Parmi ces 4 biens il y a le fameux mur romain de 550 km dont j'ai parlé dans la précédente nouvelle et que je vais quand même essayer de trouver.