Normandie et fin de la 4ème partie

En débarquant à Calais le 25/11/2013, je prends tout de suite la direction de Boulogne-sur-Mer car classé pour son beffroi (comme 55 autres de Belgique et de France, voir aussi les nouvelles du 19 juin 2011, du 15 juillet 2011, du 1er août 2013 et du 15 août 2013). C'est un ancien donjon du XIIème siècle assez intéressant. J'en profite pour faire un petit tour en ville en commençant par l'hôtel de ville collé au beffroi, un beau palais de justice, de magnifiques remparts du XIIIème siècle, un château-musée du XIIIème et XVIème siècle et une basilique du XIXème siècle, très grande mais qui ne me plaît pas.

Beffrois de Boulogne-sur-Mer, Hesdin, Rue et chapelle du St-Esprit de Rue Il ne me reste plus que 2 beffrois à voir et je les aurai tous faits : je commence par celui d'Hesdin, reconstruit au XIXème siècle et situé derrière le magnifique hôtel de ville du XVIème siècle (on notera à proximité notamment pour son portail la très belle église Notre-Dame du XVIème siècle).

Et le dernier sera celui de Rue du XVème siècle, tout simplement magnifique. Je visite aussi presque de l'autre côté de cette rue de Rue la chapelle du Saint-Esprit du XVème et XVIème siècle, une merveille de l'art gothique flamboyant.

Je prends alors la direction du Havre pour 2 raisons : la première est que la ville est classée à l'Unesco du fait que presque totalement détruite lors des bombardements de la seconde guerre mondiale, elle fut reconstruite par l'architecte Auguste Perret. La seconde parce que le Havre est le plus grand port de fret de France d'où partent de nombreux conteneurs vers presque toutes les destinations et notamment vers l'Amérique, prochaine étape de mon voyage.

Etretat
Cliquez ici pour charger les 9 images
(Falaises d'Étretat)
Mais avant d'y arriver, je fais un petit crochet vers Étretat lorsque j'aperçois le long de la route un panneau directionnel qui me donne envie d'aller voir les célèbres falaises.

J'y arrive en fin d'après-midi et pars faire une marche des 2 côtés du village au pied et sur la crête des falaises jusqu'à ce que j'assiste à un beau coucher de soleil.

J'arrive le lendemain dans la banlieue du Havre où je passe une journée à faire diverses courses et à surfer sur Internet.

Le Havre
Cliquez ici pour charger les 15 images
(Ville reconstruite du Havre)
Ma visite débute à l'office de tourisme pour récupérer un plan de la ville, relativement peu précis mais indiquant quand même les limites de la zone classée. En parcourant les rues, je tombe sur quelques panneaux explicatifs mais par hasard et je me rendrai compte plus tard (en voyant une carte dans la rue) que j'en ai ratés beaucoup car leurs positions ne sont malheureusement pas indiquées sur mon plan papier.

La ville a été reconstruite entre 1945 et 1964. Le matériau principal utilisé est le béton mais l'architecture est assez variée et il y a pas mal de bâtiments qui me plaisent, par exemple l'église St-Joseph qui domine la ville avec une flèche octogonale de 107 mètres de hauteur, symbole de cette reconstruction. D'autres sont à mon goût ratés, notamment l'hôtel de ville avec une tour de 18 étages qui dénote trop par rapport au reste (je ne l'ai pas prise en photo). Dans l'ensemble, ce bien classé ne m'a toutefois pas trop enthousiasmé.

Je vais au port autonome du Havre où 2 personnes me donnent très gentiment une liste de compagnies maritimes desservant l'Amérique. Je rends visite ensuite à plusieurs d'entre elles, ce qui me permet d'avoir quelques contacts pour la suite.

Avant de retourner chez moi, je fais un crochet le long de la côte de Deauville car dans ce secteur il y a de nombreux fossiles, l'équivalent de ce que j'ai pu voir dans le Dorset (voir la nouvelle précédente). Je traverse le magnifique pont de Normandie puis fais plusieurs arrêts mais sans trouver aucune falaise (les plages sont par contre magnifiques). Pourtant dans presque tous les villages que je traverse il y a un musée des fossiles ce qui démontre bien que je suis dans le bon secteur. Étant tombé la veille sur Internet sur un site d'un amateur qui était venu dans un endroit très précis où il en avait trouvé, je m'y rends et déambule sur la plage entre Villers-sur-Mer et Houlgate.

Fossiles près de Villers-sur-Mer Au dessus il n'y a pas de falaises mais de nombreux glissements de terrains découvrent des terres et roches noires dont certaines contiennent effectivement de très nombreux fossiles mais de type coquillages (on a parfois l'impression que les roches ne sont qu'un ensemble aggloméré de coquilles !). Cependant aucune ammonite ne pointe son nez et cela me déçoit car c'est ce qui m'intéresse le plus.

En retournant à la voiture, je croise 2 amateurs de fossiles avec leur équipement à la main ou sur leur dos et je discute avec eux. Ils me montrent leurs trouvailles, plusieurs ammonites de petites tailles. Ils me confirment également qu'on peut trouver de très belles pièces et l'un des 2 me montre des photos de sa collection privée, des ammonites magnifiques : elles n'ont pas du tout le même aspect qu'en Angleterre car elles sont ici noires, parfois nacrées. Voyant ma déception, l'un des 2 me donne une de ses petites ammonites, qui après nettoyage s'avérera assez belle.

Je commence alors ma longue traversée de la France jusqu'à chez moi en faisant un petit crochet dans le Morvan pour aller pour la première fois sur la tombe de mes grands-parents maternels, décédés lorsque j'avais 9 et 11 ans (trop jeune pour assister à leur enterrement à ce moment-là, je n'avais jamais eu l'occasion de venir dans le coin depuis).

Lors de mon dernier trajet, je suis surpris car je trouve de la neige à plusieurs endroits, ce qui est évidemment normal pour la saison mais la douceur que j'ai eu ces derniers jours ne m'avait pas préparé à cela.

J'arrive finalement chez moi le 1er décembre 2013 ayant bouclé cette quatrième partie de mon voyage en 5 mois et 9 jours, parcouru 12 913 km et pris un peu plus de 7 000 photos.

Je vais passer les fêtes de fin d'année en famille et préparer la suite de mon voyage vers cet autre continent.